[creation site internet] [logiciel creation site] [creation site web] [0 0 1 1 1 1 1 0 640 480]
[index]
[Collaborations et compagnonnages]
[Stephane Fievet Accueil]
[]
[Accueil Terra Incognita]
[Abime]
[Bref et ainsi de suite]
[Page 1]
[Page 1]
[C est quoi ton nom]
[Debrayage]
[Delire a deux]
[Dialogue d'exiles]
[Cabaret littéraire]
[laisse moi te dire une chose]
[Page 1]
[histoire du tigre]
[Odyssee]
[Page 1]
[Medea]
[Morphine]
[Noirs Paradis]
[Si d'aventure]
[The HotHouse Terra Incognita]
[Tout contre Léo]
[Un jour ma memoire]
[Volpone Ben Jonson]
[des tigres au congo]
[Accueil Terra Incognita]
[Présentation Terra Incognita]
[Sur la route Terra Incognita]
[Collaborations et compagnonnages]
[]

Ce spectacle est une création de Nini Compagnie, avec le soutien de la compagnie Terra Incognita, avec le soutien du Salmanazar - scène conventionnée d'Epernay, des tutelles de ces trois structures.

COMEDIENS


Michel Armin


Annie Mercier


          



Mise en scène,

scénographie, lumières

Stéphane Fiévet


Photographies

Jérôme Schlomoff


co-auteurs

Sylvain Renel, Roger Thiebault, Emmanuel Ledru, Sebastien Houlle, Pom, Titi, Michel Marcq, Jean-François Rosquin, Patrick Clément, Marc Bouche, Jean-Pierre Barrier, Adam Julius, Christian Adam, L’Indien, Nicole, Falco, Viking, Émile, Angeline, Catherine Bertrand, Fernand Lefèvre,Gabriel Davaiga.


Construction et effets spéciaux

Michel Thuillier

Cette page reprend les éléments de présentation du spectacle à la date de sa création. N'hésitez pas à promener le curseur de la souris sur l'écran...

  

Direction artistique :  Stéphane Fiévet - 10, rue haxo 75020 Paris France - + 33 6 71 80 58 17

Abîme, aujourd'hui la ville

François Bon

en coproduction avec Nini Compagnie

Parcours contemporain

2002

Annie Mercier est à l'origine de ce projet, qu'elle produit avec sa compagnie, Nini Compagnie. Elle fait appel à Stéphane Fiévet (Terra Incognita) pour la mise en scène et la scénographie, et le spectacle nait au Théâtre de l'Atalante - Paris.  A la frontière entre la littérature, le théâtre, le récit, le document, Abîme, aujourd'hui la ville, est le fruit d'un atelier d'écriture mené par François Bon auprès de sans-abris.

P

R

E

S

E

N

T

A

T

I

O

N



  

C'est à un exercice de transmission et de restitution que nous sommes invités. Les paroles des sans abris, le texte de François Bon, les photographies de Jérôme Schlomoff, la voix d'Annie Mercier, voilà les premières pierres de la construction théâtrale « Abîme, aujourd'hui la ville».

Le premier enjeu de théâtre ici, c'est de faire entendre le souffle de ceux qui ont parlé, de rendre leur chair palpable et sensible. De travailler sur la présence secrète des absents, de ceux qui ont un visage, pas d'adresse, et sont peut-être morts aujourd'hui. Bref, de travailler sur le sensible. A la rencontre du témoignage, de la littérature et de l'image, la scénographie et le travail d'acteur doivent retrouver le souffle et la chair des absents dans une nécessité théâtrale, une forme de simplicité formelle. En quoi le plateau fera-t-il entendre ce qui n'est pas dit et voir ce que les photos ne montrent pas ? Et pourtant, en quoi tout est dit dans la brutalité des photographies et l'évidence de ce texte ? Notre travail de théâtre se situe au cour de cette question paradoxale, loin de toute imagerie, de toute incarnation réaliste et de tout artifice technique. Car il y a dans l'écriture de François Bon et le regard de Jérôme Schlomoff une impudique sobriété qui nous emmène vers une poésie d'une rare violence.

Leur point de vue est tout à la fois cru et plein d'humanité. C'est un bon point de départ pour le théâtre.

C'est aussi un bon point de départ pour Annie Mercier et Michel Armin dont la puissante et naturelle présence scénique permet d'explorer le registre de la sobriété et de la discrétion, laissant ainsi toute leur place à ceux qui nous parlent.

Stéphane FIEVET

Metteur en scène

L

E


S

P

E

C

T

A

C

L

E

  

F r a n ç o i s    B O N

 

Il est né en 1953. Après des études à l’École Nationale Supérieure des Arts et Métiers, il travaille plusieurs années dans l’industrie aérospatiale et nucléaire. Après la parution de son premier livre Sortie d’usine, aux Editions de Minuit, en 1982, il se consacre principalement à l’écriture. Il a animé depuis 1991 de nombreux ateliers d’écriture.

 

François BON est auteur associé à Théâtre Ouvert pour la saison 1999/2000.

 

Romans, récits :

Sortie d’usine, Éditions de Minuit, 1982

Limité, Éditions de Minuit, 1985

Le Crime de Buzon, Éditions de minuit, 1986

Décor Ciment, Éditions de minuit, 1988

Calvaire des chiens, Éditions de minuit, 1990

Folie Rabelais, Éditions de minuit, 1990

L’Enterrement, Verdier 1992 (repris en Folio Gallimard en 1998)

Temps Machine, Verdier, 1993

Un fait divers, Éditions de minuit, 1994

C’était toute une vie, Verdier, 1995

Dans la ville invisible, Gallimard Jeunesse, 1995

Parking, Éditions de minuit, 1996

30, rue de la Poste, Seuil Jeunesse, 1996

Prison, Verdier, 1998

Autoroute, Seuil Jeunesse, 1999

Impatience, Éditions de minuit, 1999

La Douceur dans l’abîme, Éditions Flohic, 1999

Paysage Fer, Verdier, 2000, Prix « La ville à lire », France Culture/revue Urbanisme, mars 2000

Pour Koltès, Conférence du 23 octobre 1999 à Théâtre Ouvert, Éditions Solitaires Intempestifs, février 2000.

 

Théâtre :

Scène, mise en scène de Gilles Bouillon, 1998

Au buffet de la gare d’Angoulême, mise en scène de Gilles Bouillon, 1998/1999

Vie de Myriam C., mise en scène Charles Tordjman, 1998/1999

Fariboles, sur des textes de Rabelais, mise en scène de Charles Tordjman, 1999

Qui se déchire, Tapuscrit, Théâtre Ouvert n° 93, 1999

Bruit, Tapuscrit, Théâtre Ouvert n° 95, parution avril 2000.

  

J é r o m e   S C H L O M O F F


Ce photographe d’une quarantaine d’années est à l’origine de nombreuses expositions axées sur les portraits (portraits d’artistes, de sportifs, de personnalités du monde de la mode ...). Il a également animé un certain nombre d’ateliers et séminaires. Parmi ses diverses réalisations :


 « La Bibliothèque Carnegie »,  Reims, novembre 2001 .

Film sténopé 35mm sur le magasin des livres de la Bibliothèque Carnegie de Reims dans le cadre de l’exposition « Alchimie de la Rencontre » organisée par François Quintin, FRAC Champagne-Ardenne.

 Théâtre de la Colline. Atelier Caroline Marcadé, film. Paris 2001.


Film, sur le déroulement de l'atelier d'expression corporelle, de Caroline Marcadé avec les lycéens du Lycée Professionnel Edmond Rostand, Paris XVIIIème arrondissement. A la suite de l'atelier d'écriture de François Bon, et d'après les textes produits l'an passé.


 “La douceur dans l’abîme”. Le film

film, réalisé d’après le livre “La douceur dans l’abîme”. Vies et paroles de sans-abri. Récits de vies de sans-abri, collectés par François Bon & Catherine Gourieux, produit par Paraiso Production Diffusion, durée 52 minutes. 1er Prix du jury professionnel du festival du film social de Nancy, mai 2001.


 Ecole d'architecture de Nancy, année 2000/2001.

Atelier, réalisation avec le concours des étudiants, du "Sténopé d'Architecture" de la maison de Jean Prouvé & de la cabane de Jean-Pierre Barrier, sans-abri à Nancy.


 Bibliothèque de Grasse (mars 2001)

Exposition personnelle, “15021”, 35 photographies prises depuis le train entre Paris et Nancy, lors des voyages hebdomadaires en compagnie de l’écrivain François Bon.


Edition, “15021” 35 photographies avec un texte de François Bon. Aux éditions de l’Amourier, Coaraze.

Lecture-projection, “Paysage fer” récit de François Bon, Verdier éditeur. Avec l’ensemble des photos prises depuis le train.

 

Théâtre des Lisières Strasbourg (avril 2001).

Installation “La douceur dans l’abîme”, scénographie réunissant la lecture des textes, collectés par François Bon, et les portraits, projetés sur trois écrans, réalisés dans le cadre de l’atelier d’écriture, “La voix du peuple”, auprès des personnes en situation d’exclusion à Nancy.

 

Théâtre de la Manufacture CDN de Nancy, (décembre 2000).

Projection, de "La douceur dans l'abîme" , à la suite de la représentation de la pièce de François Bon, "Bruit", créée à la suite de l'atelier d'écriture avec les exclus de la ville de Nancy.

 

Théâtre de la Manufacture, CDN de Nancy, (mai 1999).

Exposition installation, “La douceur dans l’abîme”, scénographie réunissant la lecture des textes, collectés par François Bon, et les portraits projetés sur dix écrans, réalisés dans le cadre de l’atelier d’écriture, “La voix du peuple”, auprès des personnes en situation d’exclusion à Nancy.

 

Théâtre de la Manufacture, CDN de Nancy, (septembre 1999).

Edition “La douceur dans l’abîme"   livre résultant de l’atelier d’écriture avec François Bon. (50 portraits, textes par les participants à l’atelier d’écriture). Editeur La Nuée Bleue, Strasbourg.

 

Centre Dramatique National de Nancy. Théâtre de la Manufacture, Nancy. (Sept. 1998/Mars 1999)

Atelier et exposition photo autour de l’atelier d’écriture de François Bon au Théâtre de la Manufacture sous la direction de Charles Tordjman. Travail sur l’identité à partir des portraits de personnes (en situation d’urgence) qui participent à l’atelier d’écriture de F. Bon.

 

Fondation Cartier, Paris, ( novembre/janvier 1998).

Exposition de groupe, “La Collection”. 1er volet de l’exposition de la collection de la Fondation Cartier. Série de 12 portraits d’artistes de la collection.

Commande “Portraits d’artistes pour la collection de la Fondation Cartier”. Réalisation du portrait des artistes faisant partie de la collection de la Fondation Cartier, sur le site et en studio.

Maison Européenne de la Photographie, Paris.

Exposition de groupe. ”Portraits d’artistes dans la collection de la maison Européenne de la Photographie”. Commissaire Bernard Lamarche-Vadel. Portraits choisis, Jean-Michel Basquiat, Richard Serra.

8ème Primavera Fotografica, Barcelone. Invité par la fondation Mies van der Rohe

Exposition personnelle. Pavillon Mies van der Rohe. ”Sténopés d’architecture”.

Exposition personnelle. Col.leig d’Arquitectes de Catalunya. Reportage sur le travail effectué au pavillon Mies Van Der Rohe.

Edition, Catalogue “Mies van der Rohe, Schlomoff”. Texte, Gloria Picazo. Avec le concours de l’AFAA .

Vidéo, “Le sténopé de Schlomoff”. réalisée par Christophe Galud Produit par Gédéon, 6 minutes.

Acquisition par la vidéothèque de la Maison Européenne de la Photographie, Paris du film: “Le sténopé de Schlomoff”.

Carnet de Voyages numéro1.

Edition, revue 10 Photos accompagnées d’un texte de François Bon. Edité par Le Point du Jour. Avec le concours de la DRAC Normandie.

Exposition des photos et du texte, pour le lancement du numéro 1, à la bibliothèque du CAPC Musée, Bordeaux.

Arc en rêve, Bordeaux.  Exposition personnelle du reportage sur le foyer SONACOTRA à la suite de l’attribution du prix de la première œuvre décerné aux architectes MMS. Edition, livre “Résidence foyer à Bordeaux” édité par l’Europan.

CAPC Musée, Bordeaux.

Exposition personnelle “Portraits”. Portraits d’artistes et des personnalités photographiés pour le musée depuis 1990.

Edition, livre de l’exposition “Portraits”. Texte, “To shoot” de François Bon. Campagne de publicité 7 portraits pour les 20 ans du CAPC Musée.

Exposition de groupe Galerie pour la vie, Bordeaux 7 affiches de la campagne de publicité des 20 ans du CAPC Musée.

  

L

A


S

C

E

N

O

G

R

A

P

H

I

E

  

La scénographie est signée par Stéphane Fiévet. Elle accompagne les acteurs du spectacle autour de la projection des photographies réalisées par Jérôme Schlomoff.

Un carré de gravier, délimité par des lampadaires, borde un sol jaune vif, jaune soleil, et des écrans et boîtes à photos tombent du grill, ou disparaissent.

Conçue pour le théâtre de l'Atalante, de petit format, l'espace traduit tout à la fois l'étroitesse de ces vies sans grand avenir, et l'immensité de leur lieu de vie. Un ciel étoilé apparaît à la fin du spectacle, en fond de scène.

Télérama

Sans le moindre pathos, avec une rigueur, une pudeur qui forcent le respect, ... Sûr qu'on ne regardera plus pareil les humiliés de notre société après ce beau travail-là...


L'express

La comédienne au timbre rauque et au visage marqué, Annie Mercier, a, quant à elle, voulu leur prêter sa voix. Elle le fait avec une belle sincérité...


Zurban

Stéphane Fiévet a  tiré d'Abîme, aujourd'hui la ville une pièce, ou plutôt une confidence à deux voix et à multiples personnages. ... un moment très émouvant...


Le journal du dimanche

Des gueules authentiques, sans artifice, des paysages de rides, des regards résignés... Par la seule force du témoignage, sans aucun sentimentalisme, de façon sobre et clinique, Michel Armin et Annie Mercier redonnent leur place aux anonymes. Il faut les écouter.


La Tribune

adoptant une langue sobre, crue, violente, toujours juste, ... Abîme, aujourd'hui la ville, donnée à l'Atalante à Paris, dans une mise en scène efficace de Stéphane Fiévet, est bouleversante.


Rives de scène

Annie Mercier et Michel Armin sont très justes dans ces trajectoires cabossées. ...Un travail tout de délicatesse et de sobriété.


Actualités de la scénographie

Stéphane Fiévet agit comme un passeur de ces mots, à la fois cruels et remplis d'humanité, pour faire ressentir et rendre palpable les combats intérieurs de ces êtres déracinés. Ses mises en scène et en espace concourent à cette résonance sensible et bouleversante. Au cœur d'une scénographie sobre et sans appel, qui intègre avec intensité les photographies des visages de ces meurtris de la vie, prises par Jérôme Schlomoff, Annie Mercier et Michel Armin trouvent le juste équilibre dans les lisières de la réalité et de la fiction théâtrale. Sans artifices.


Rives de scène

Annie Mercier et Michel Armin sont très justes dans ces trajectoires cabossées. ...Un travail tout de délicatesse et de sobriété.

L

A


P

R

E

S

S

E


  

Siège social : 8 route des Pyrénées 64230 Arbus - Administration : 10, rue Haxo 75020 Paris France

Vous quittez la section Terra Incognita pour ouvrir la section Stéphane Fiévet...    

Télécharger le dossier du spectacle
Imprimez cette page
Ajoutez aux favoris
Page suivante
Page précédente
Courriel / Email
L'affiche
L'affiche
Cliquez pour écouter un extrait du spectacle